janvier 31, 2018

CES 2019 : les contenus dans un monde “cross-platforms” ?

CES 2019 : les contenus dans un monde “cross-platforms” ?

Du 8 au 11 janvier 2019 se tenait le Consumer Electronics Show à Las Vegas, l’un des plus grands événements mondiaux dédiés à la technologie. Un baromètre permettant d’anticiper de nouveaux enjeux en termes de stratégies de contenus.

La keynote robotique de LG au CES 2019

La keynote robotique de LG au CES 2019

Certains observateurs ont partagé des avis plutôt mitigés quant à la pertinence des technologies présentées, à l’instar de Tom Goodwin, Head Of Innovation chez Zenith Media pour The Drum. Inversement, d’autres personnalités continuent à y voir une fenêtre sur le futur proche de l’industrie et des rapports entre marques, marketeux et consommateurs. Pour les équipes de l’agence GANZ, le CES est un baromètre permettant d’anticiper de nouveaux enjeux en termes de stratégie et de production de contenus.

Un consommateur « embeddé »

L’édition 2019 fut bien entendu marquée par pléthore d’innovations incrémentales proposées par des acteurs issus de tous les domaines de la consommation. Entre les gadgets, les assistants, les bots, les plateformes et les objets connectés aux finalités diverses, nous voyons se dessiner un environnement global dans lequel le consommateur se retrouve « embeddé » dans des écosystèmes de marques plus ou moins vastes et interconnectés les uns aux autres.

Un exemple révélateur de cette fusion des genres est le partenariat entre Intel et Warner Bros qui préfigure le futur du divertissement dans les voitures autonomes. Les deux marques ont entièrement repensé l’intérieur d’un SUV BMW X5 aménagé d’un écran à 270 degrés, recouvrant même les vitres arrière du véhicule et diffusant des contenus issus du catalogue Warner Bros.

les voitures autonomes vues par Intel et Warner Bros

Dans un autre registre, Amazon a démontré la puissance d’Alexa appliquée à une centaine de produits conçus par des marques différentes (TV, tablettes, maison, voitures, etc.). Amazon, au même titre que d’autres plateformes, ne cesse d’affirmer sa volonté de devenir une marque totale et illustre sa capacité d’alliance avec d’autres acteurs.

Ces deux exemples montrent que la révolution digitale, et la plateformisation* qui en découle, génère des rencontres entre des secteurs et des marques a priori étanches. Si ces nouvelles collaborations et alliances de marques semblent intéressantes pour l’avenir du business, elles le sont tout autant pour le futur des interactions entre consommateurs, annonceurs, opérateurs, plateformes et médias. Chaque objet connecté, service ou bien de consommation intégré dans ces nouveaux environnements devenant un point d’interaction avéré ou potentiel.

Parallèlement à cela, l’exploitation de la data devient un centre de gravité de l’expérience consommateur hyper-personnalisée et sans friction. La collecte, le traitement et l’analyse de données sont des actifs stratégiques ou des devises pour les nouvelles alliances entre marques, opérateurs, plateformes et médias. Le tout se faisant sur fond d’appel à la transparence et à la responsabilité… Dans ce contexte, comment penser sa stratégie de contenus pour un monde « cross-platforms » ?

Stratégies de contenus et cognition

Nous pensons qu’un environnement dirigé par la qualité et la nature des interactions s’articulera autour de grandes typologies de promesses cognitives pour le consommateur. Chacune d’entre elles doit être traduite sous forme de contenus et de logiques d’usages adaptés. Nous en avons identifié quatre.

  1. Le monitoring ou la capacité à visualiser des informations sourcées dans l’environnement direct ou élargi des consommateurs. Objets, biens et services constituent des interfaces offrant aux consommateurs de nouveaux éclairages sur leur quotidien.
  2. Le divertissement ou le remplacement d’un irritant préalablement vécu par le consommateur et désormais supprimé grâce à la technologie. La marque offre ici la possibilité de combler ce nouveau temps libre en un temps utile et non engageant, non transactionnel.
  3. La valeur ajoutée ou l’insertion dans le parcours consommateur (au niveau d’un irritant ou d’un moment de temps libre) d’un discours ou d’une interaction augmentant les compétences ou les connaissances du consommateur.
  4. L’aide à la prise de décision ou l’introduction d’une relation non intrusive permettant au consommateur de faire de meilleurs choix en fonction de son activité passée, de ses centres d’intérêt, de la probabilité d’occurrence d’un événement, etc.

Toutefois, pour que ces nouvelles promesses soient tenues, elles doivent intégrer les structures cognitives propres à l’environnement « cross-platforms », tout en maintenant des standards narratifs élevés. En d’autres termes, le futur de notre métier passera par la conception de stratégies et la production de contenus enrichis d’une valeur cognitive forte.

 

* Définition : une plateforme occupe une fonction d’intermédiaire dans l’accès aux informations, contenus, services ou biens, le plus souvent édités ou fournis par des tiers. Ces services d’accès organisent et hiérarchisent les contenus en vue de leur présentation et de la mise en relation des utilisateurs finaux. Source : Conseil  National du Numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *